Séminaire-atelier sur la Participation citoyenne à Porto-Novo

Les membres de la Fondation Porto Capitale, fondation territoriale de Porto-Novo, étaient en atelier le samedi 28 janvier 2017 à la Maison des Jeunes de Djègan Kpêvi. C’était dans le cadre d’un séminaire organisé par le Conseil d’Administration de la Fondation sur le thème « Engagement citoyen et participation des populations au développement de leur territoire, Porto-Novo ». Selon le Président de la Fondation, Fabrice NOUNAHON, l’objectif de cette rencontre qui est la première d’une série, permettra aux membres de la Fondation de mieux s’outiller pour accomplir efficacement leur mission. Afin de comprendre l’origine du problème de Porto-Novo et les méthodes pratiques applicables à la participation citoyenne, deux communications ont été retenues pour ce premier atelier.

La première communication, présentée par le Professeur Noukpo AGOSSOU, a porté sur le thème : « Bref historique des réalités sociopolitiques de la « décapitalisation » de Porto-Novo ». Dans son exposé, le Professeur AGOSSOU a identifié trois principales sources de la décapitation de Porto-Novo, à savoir les tergiversations et la perfidie du colon, l’impotence des anciens leaders politiques et la mauvaise volonté des gouvernements successifs. En effet, selon le communicateur, les premières velléités de remise en cause du statut de capitale de Porto-Novo remontent à l’époque coloniale. Après l’institution de Porto-Novo comme capitale de la colonie du Dahomey en 1894, l’administration coloniale a, à plusieurs reprises, tenté de déplacer la capitale vers Cotonou. Mais pour diverses raisons valables, la capitale a été maintenue à Porto-Novo. Le communicateur a ensuite évoqué l’irresponsabilité d’anciens leaders politiques qui, après l’indépendance, n’ont pas su faire preuve de leadership en faveur de Porto-Novo la capitale. Et les gouvernements qui se sont succédé depuis le Renouveau démocratique n’ont pas affiché une réelle volonté de redonner à Porto-Novo ses attributs de capitale.

La deuxième communication, animée par Monsieur Igor AGUEH, avait pour thème « Bilan et perspectives de la participation citoyenne des populations de Porto-Novo ». Après avoir défini le concept, Monsieur AGUEH a identifié deux types de participation citoyenne : la participation citoyenne individuelle et la participation citoyenne collective. Dans la première catégorie, le communicateur a cité l’exemple de Moucharafou Gbadamassi, Louis HUNKANRIN et Noukpo AGOSSOU qui ont entrepris maintes actions pour Porto-Novo. Dans la seconde catégorie, diverses initiatives citoyennes ont été énumérées, dont l’Association socioculturelle de Porto-Novo, l’Association de Développement économique, social et culturel de l’Ouémé (ADESCO), le Comité des anciens, notables et cadres de Porto-Novo, l’Union des fils, filles et sympathisants de Porto-Novo. Au nombre des difficultés de la participation citoyenne à Porto-Novo, le communicateur a évoqué la politisation, l’égocentrisme, le chauvinisme, les conflits interpersonnels et intergénérationnels, etc. Il a identifié quelques défis pour Porto-Novo, notamment la définition d’une vision pour la ville, l’éducation des citoyens et la capacité de lobbying. Il a, pour finir, invité la Fondation Porto Capitale à agir sur les hommes et les institutions.

La rencontre a pris fin par un cocktail offert aux participants par la Fondation.